Top Gun : Maverick a dû se plier aux exigences du casting pour ses méchants.

Pour le meilleur ou pour le pire, le paysage dans lequel « Top Gun : Maverick » fait ses débuts en 2022 est très différent de celui que le classique de Tony Scott a connu à sa sortie en 1986. Avec le recul, il est quelque peu surprenant de réaliser que le point culminant du film original consistait en un combat aérien entre l’escadron de pilotes d’élite de la marine américaine et les chasseurs soviétiques MiG. Des avions sont abattus, des gens meurent… et, pour une raison ou une autre, ce conflit ne dégénère pas en un véritable désastre au plus fort des tensions nucléaires entre les deux superpuissances.

Bien sûr, c’est surtout parce que le film était résolument tourné vers l’extérieur, plutôt que de se conformer à la stricte politique du monde réel de la décennie (en dehors de l’utilisation des Russes comme principal antagoniste, naturellement). « Top Gun » est un film à sensations fortes hyper-macho, jingoiste et enjoué, qui ne se préoccupe absolument pas de certains des éléments les plus sombres de ses prémisses, ce qui explique probablement pourquoi il a perduré aussi longtemps. Sa suite, en revanche, devait tenir compte de considérations beaucoup plus nuancées.

Bien que les conflits actuels du monde réel fassent écho aux mêmes mentalités impérialistes qui ont alimenté la guerre froide, l’équipe créative derrière « Top Gun : Maverick » a finalement adopté une approche radicalement différente lorsqu’elle a décidé de l’identité des méchants de la suite. Le box-office mondial étant plus important que jamais pour le succès des productions hollywoodiennes, le capitalisme a (ironiquement) commencé à limiter certaines des pires représentations de stéréotypes étrangers dans les grands blockbusters. Alors où en est « Top Gun : Maverick » en termes de menace crédible pour renforcer les enjeux du film ?

La solution a nécessité quelques manœuvres habiles de sa part.

Le fil de l’aiguille

Top Gun: Maverick

Paramount Pictures

Même les plus grands fans de l’original de « Top Gun » considèrent que le film est un produit de son époque, en particulier en ce qui concerne les interminables chutes de seringues de la « Zone de danger ». Mais alors que l’histoire se concentre essentiellement sur la camaraderie entre Maverick (Cruise) et son meilleur ami Goose (Anthony Edwards), les problèmes de père de Maverick et l’histoire d’amour entre lui et Charlie (Kelly McGillis), le choix du méchant dans les séquences d’ouverture et de clôture rappelle aux spectateurs à quel moment précis « Top Gun » est censé se dérouler.

Ainsi, lorsque le réalisateur Joseph Kosinski, les scénaristes Peter Craig, Justin Marks, Ehren Kruger, Eric Warren Singer et Christopher McQuarrie, ainsi que le prolifique producteur Jerry Bruckheimer ont eu pour tâche de créer une suite se déroulant des décennies plus tard, cela a posé quelques problèmes concernant les méchants. Dans un entretien avec le journal britannique The Times, Jerry Bruckheimer s’est ouvert sur les réalités de la réalisation d’un film « Top Gun » au 21e siècle en optant pour des méchants sans visage et sans nation. Admettant avec regret qu’ils ont tenté quelque chose de similaire en ne désignant les avions ennemis que par les termes « bogies » ou « MiGs » dans le film original (« C’était censé être vague », dit-il en riant, « mais nous n’avons pas fait du bon travail »), Bruckheimer a déclaré :

« Vous ne voulez pas fermer le marché. Lorsque vous faites un film coûteux, vous voulez donner au studio la meilleure chance de gagner de l’argent. C’est devenu plus difficile. Vous devez trouver un moyen de créer un méchant qui est multinational ou qui n’a pas de domicile. »

Tout porte à croire que le blockbuster de haut vol réussira en dépit de ces généralités. Aucun film n’est fait dans le vide, mais peut-être que « Top Gun : Maverick » prouve la véracité de ce dicton encore plus que les autres.

Lire plus Guide:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ArabicCzechDanishDutchFinnishFrenchGermanIrishItalianJapaneseKoreanNorwegianPortugueseSpanishSwedishZulu