Akiva Schaffer a utilisé Chip ‘N Dale : Rescue Rangers pour faire des recherches sur le MCU.

Il y a les reboots de films, et il y a les « reboots » de films. Dans ce dernier cas, il s’agit de reboots de films qui se moquent activement de leur propre existence et de l’idée de réduire l’art aux « IP » et au « contenu », tout en réussissant à faire revivre une franchise plus ancienne. Il s’agit d’une aiguille fine à enfiler, et les résultats peuvent tout aussi bien être choquants (21 Jump Street en 2012) qu’ils peuvent être, eh bien, pas si bons (Baywatch en 2017).

Heureusement, le film « Chip ‘n Dale : Rescue Rangers » du réalisateur Akiva Schaffer appartient à la première de ces catégories. Le film tire son nom du dessin animé télévisé des années 90 dans lequel les chipmunks éponymes (créés par Disney en 1943) jouent les détectives avec l’aide d’une équipe hétéroclite composée d’un couple de souris (Gadget, expert en mécanique et pilote, et Monterey Jack, aventurier et amateur de fromage) et d’une mouche domestique nommée Zipper qui ne parle que par bourdonnements. Dans un retournement de situation, cependant, le film de Schaffer se déroule dans un monde où les humains en chair et en os et les personnages animés vivent côte à côte, et où les héros et les méchants de la série télévisée « Rescue Rangers » n’étaient en fait que des acteurs jouant à faire semblant.

Pour autant que le film « Rescue Rangers » se présente comme un successeur de « Qui a piégé Roger Rabbit » par le biais d’une histoire de rassemblement du groupe, il s’agit en réalité d’une satire astucieuse de l’industrie moderne de l’animation, qui fait preuve d’une intrépidité inattendue dans sa façon de s’attaquer à Disney. (Bien que la signification de l’un des gags les plus importants et peut-être les plus sombres du film fasse débat). Mais pour Schaffer, c’était aussi l’occasion de s’essayer enfin à la réalisation d’un film en prise de vue réelle qui fait la part belle aux images de synthèse, comme le font les films du Marvel Cinematic Universe.

Rescue Rangers offre des « possibilités illimitées ».

Chip and Dale in danger in the Rescue Rangers movie

Disney+.

Akiva Schaffer n’est pas étranger à la chaise de réalisateur. Il a débuté en dirigeant des courts métrages et des sketches du « Saturday Night Live », ainsi que des vidéos musicales dans lesquelles il apparaît avec les autres membres de son groupe de comédie musicale, The Lonely Island (Andy Samberg et Jorma Taccone). Il a depuis fait équipe avec ses collègues de The Lonely Island sur des projets plus importants, réalisant les films comiques cultes « Hot Rod » et « Popstar : Never Stop Never Stopping ».

Avant « Chip ‘n Dale : Rescue Rangers », l’effort de réalisation le plus lourd en effets de Schaffer a été « The Watch » en 2012, une comédie d’action de science-fiction de 68 millions de dollars qui s’avère également être son pire film. Pour sa défense, cependant, le film a été sévèrement limité par un scénario auquel il n’a pas participé, et qui se concentre davantage sur les gags dégoûtants et les blagues grossières que sur l’utilisation inspirée de son principe (un groupe de surveillance du voisinage découvre une invasion extraterrestre).

En ce qui concerne « Rescue Rangers », Schaffer a déclaré à Total Film (via Games Radar+) qu’il pensait que les scénaristes Doug Mand et Dan Gregor avaient déjà « craqué » la configuration de base au moment où il a embarqué sur le film. Cela signifiait qu’il pouvait venir et aider à l’étoffer avec le genre d’humour irrévérencieux et de coups de gueule satiriques pour lesquels il est connu :

« … Il était déjà prévu que Chip soit en 2D et que Dale soit en 3D tout au long du film, et qu’il s’agisse d’une sorte de monde de Roger Rabbit où les personnages vivent parmi nous, où certains sont des stars de cinéma et d’autres sont juste, par exemple, le prof de vaches de leur école. Tout cela était déjà présent. Et c’est en grande partie ce qui m’a poussé à signer pour le faire. C’était en quelque sorte les possibilités illimitées de cette idée. »

Akiva Schaffer n’a pas fini d’apprendre.

KiKi Layne in Chip 'n Dale: Rescue Rangers

Disney+.

« Chip ‘n Dale : Rescue Rangers » a le plus de points communs avec « Popstar : Never Stop Never Stopping », pour ce qui est des autres réalisations d’Akiva Schaffer. Il s’agit de deux satires de l’industrie du pop art qui s’appuient sur une histoire plus sérieuse d’anciens amis (le Chip de John Mulaney et le Dale d’Andy Samberg dans « Rescue Rangers ») qui se retrouvent après avoir été séparés par leur ego et leur insécurité. Pourtant, si « Popstar » était trop créneau pour accrocher les masses lors de son arrivée en 2016, « Rescue Rangers » pourrait avoir le problème inverse. Sa comédie d’initiés est si spécifique au statu quo de l’animation qu’on se demande si ses coupes profondes (qui sont nombreuses) seront aussi efficaces à l’avenir.

Pour l’instant, il s’agit d’un excellent divertissement pour tous ceux qui connaissent l’évolution du paysage de l’animation depuis l’époque de la série télévisée « Rescue Rangers » et d’autres succès des années 1990 de Disney Afternoon. Ce film a également permis à Schaffer de tirer des leçons précieuses en tant que cinéaste :

« Je voulais apprendre non seulement comment les films d’animation sont réalisés, mais aussi comment les films modernes, comme Doctor Strange, sont des films à moitié animés avec des personnages animés et des environnements de synthèse. Tous les outils modernes de réalisation de ce type de films sont les mêmes que ceux que nous avons utilisés pour ce film. J’étais donc impatient d’apprendre tout cela. »

Inutile de dire qu’il sera intéressant de voir ce que Schaffer fera ensuite, armé de toutes ces nouvelles connaissances. On espère seulement qu’il ne perdra pas son temps à redonner vie à une série pour laquelle les millénaires ont grandi. Après tout, il n’y a aucune chance que cela se révèle être une bonne chose, n’est-ce pas ? (*Cue tout le monde rit jusqu’au générique de fin*)

« Chip ‘n Dale : Rescue Rangers » est maintenant disponible en streaming sur Disney+.

Lire plus Guide:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ArabicCzechDanishDutchFinnishFrenchGermanIrishItalianJapaneseKoreanNorwegianPortugueseSpanishSwedishZulu