Les 14 meilleurs films de Ray Liotta, classés par ordre d’importance.

Ma performance préférée de Ray Liotta ne fera pas partie de cette liste. Techniquement, c’est impossible.

The League » de FX est une série télévisée qui est aussi large qu’une comédie de situation d’une demi-heure peut l’être. C’est l’histoire de personnes terribles qui font des choses terribles au nom de leurs mauvaises équipes de fantasy football. Dans l’un des meilleurs épisodes de la série, Ruxin (Nick Kroll) devient copain avec son patron, M. Hudabega (Ray Liotta), un germophobe pointilleux. Ruxin est malade et, lorsqu’il tente de le cacher pendant une réunion, Hudabega se la joue Liotta. « Il n’y a pas de crime à être malade », roucoule-t-il avant de se pencher en avant et de grimacer : « Le crime est de ne pas dire aux autres que vous êtes malade. »

Ce moment est Ray Liotta en un mot. Aucun acteur ne peut passer de l’humour à l’épouvante aussi rapidement. Aucun interprète n’a pu vous donner l’impression que cet interrupteur à gâchette était à la fois humain et étranger à cette galaxie. Quand Liotta s’arrêtait de bouger, la Terre faisait de même – c’était l’étendue de sa gravité. Qu’il soit sinistrement immobile dans le rôle de l’oncle Sal dans « The Many Saints of Newark » ou qu’il secoue l’âme du public avec l’un des cinq meilleurs rires jamais enregistrés sur celluloïd, Ray Liotta a changé le monde du cinéma pour toujours. Aussi bon qu’il ait été à la télévision, nous devons célébrer ses contributions au cinéma – et à la vie – en conséquence.

Voici les 14 meilleurs films de Ray Liotta, classés par ordre d’importance.

14. La jeunesse en révolte

Jean Smart and Ray Liotta eat breakfast in "Youth In Revolt"

The Weinstein Company

On se souvient surtout de « Jeunesse en révolte » comme du moment de crossover de Michael Cera. Dans l’adaptation vive et sincère de Miguel Artera du roman épistolaire de C.D. Payne, la star d' »Arrested Development » s’étend bien au-delà de George Michael Bluth dans les doubles rôles de Nick Twisp et François Dillinger. Dillenger est l’alter ego moustachu de Twisp, une projection que Twist crée pour obtenir la fille de ses rêves (Portia Doubleday) et avancer dans la vie de manière plus agréable. Cela signifie se défoncer aux champignons, voler plusieurs voitures et, plus généralement, semer le chaos. Cera est incontestablement excellent dans les deux rôles, et le film comporte un certain nombre de petits plaisirs mais excellents. Ray Liotta est l’un d’entre eux.

Il est remarquable que Liotta ait souvent joué des personnages qui contournent les deux côtés de la loi. Son CV est rempli de flics qui détournent le regard et de criminels dont l’humanité fait mouche. Dans « Youth in Revolt », Liotta offre le premier dans le rôle de l’officier Lance Wescott, le nouveau petit ami de la mère de Nick. Après le premier vol de voiture de Nick, Wescott accepte de déclarer la voiture comme volée si Nick va vivre avec son père. Le moment est chargé. Wescott cherche à obtenir ce qu’il veut mais, comme le montre clairement la performance de Liotta, il reconnaît aussi une partie de lui-même en Nick et agit en conséquence. Liotta porte la scène, et c’est l’un des nombreux éléments qui élèvent « Youth In Revolt » au-dessus de l’ordinaire des films sur le passage à l’âge adulte.

13. Les nombreux saints de Newark

Ray Liotta bald in "The Many Saints of Newark"

Warner Bros.

« The Many Saints of Newark » n’est pas le dernier film de Ray Liotta. L’acteur originaire du New Jersey sera bientôt à l’affiche du film à succès de Taron Egerton « Black Bird » et du très beau film d’Elizabeth Banks « Cocaine Bear ». Le préquel des « Sopranos » réalisé par Alan Taylor, de David Chase, constitue néanmoins un chant du cygne involontaire pour un immense talent parti trop tôt.

Les « Sopranos » ont redéfini la télévision telle que nous la connaissons et constituent l’une des histoires de mafia les plus marquantes des XXe et XXIe siècles. Liotta a également joué dans de nombreux films, dont « Goodfellas » et « Killing Me Softly ». Il est donc normal que Chase lui trouve une place dans « The Many Saints of Newark », d’autant plus que Liotta a refusé de jouer Tony Soprano avant que James Gandolfini ne soit retenu pour le rôle.

Et pourtant, les personnages que Liotta incarne dans le film sont encore plus fascinants que ce que l’on pourrait imaginer. Liotta joue deux rôles dans « The Many Saints of Newark » : les frères jumeaux Aldo « Hollywood Dick » et Salvatore « Sally » Moltisanti. Aldo est plus proche de l’archétype classique de Liotta, plein de rage enroulée et de pivots violents. En revanche, Sal est remarquablement calme. Il entre dans le film, tel un fantôme, à la suite de la mort de Dick. Toutes les scènes auxquelles il participe se déroulent à une table de visite conjugale, ce qui signifie qu’il y a un minimum de mouvement dans ces moments. Il n’y a que Ray Liotta, portant son âme tout en disant très peu et interrogeant la nature du cœur de l’oncle Dickie (Alessandro Nivola). On a finalement l’impression que Liotta est en conversation directe avec le genre et le type de personnages qui l’ont rendu célèbre. Pour un interprète comme Liotta, c’est un sacré rappel.

12. Tuez le messager

Ray Liotta in "Kill The Messenger"

Focus Features

« Kill the Messenger » est l’un des titres les plus sous-estimés du CV de Ray Liotta. Pour être franc, c’est l’un des titres les plus sous-estimés du CV de toute sa distribution. Drame policier de qualité, réalisé avec esprit et verve par Michael Cuesta (« L.I.E. », « American Assassin »), « Kill the Messenger » mérite d’être salué pour sa narration claire mais exubérante de la tentative du journaliste du San Jose Mercury News, Gary Webb, de révéler les liens entre la CIA et un réseau de trafiquants de drogue. C’est également l’un des rares films de l’après « The Hurt Locker » qui sait parfaitement comment utiliser le pouvoir de star de Jeremy Renner. Renner est en feu dans le rôle de Webb, un journaliste dont l’arrogance est moins tapageuse qu’innée, même face à la violence qui se prépare. Mais l’ensemble est excellent, d’Andy Garcia au regretté Michael K. Williams en passant par le grand Ray Liotta.

« Kill the Messenger » est un film amusant de Liotta parce que l’acteur laisse les autres acteurs faire le gros du travail. Bien que l’arrivée de Liotta en troisième acte dans le rôle de John Cullen, une source de la CIA, soit essentielle à l’intrigue du film, son moteur est alimenté par l’interprétation électrique de « Freeway » Rick Ross par Williams et par un Michael Sheen incroyablement inquiétant. Un film fait quelque chose de bien si un poids lourd comme Liotta ne doit sortir du banc que pour quelques minutes de temps d’écran ; « Kill the Messenger » est l’un de ces films.

11. Identité

Ray Liotta thinking in "Identity"

Universal Pictures

« Identity » n’est pas le meilleur film de cette liste, mais c’est sans doute mon préféré. C’est mon préféré de la même manière que chacun d’entre nous a sa chaîne de restauration rapide préférée, une chaîne dont nous jurons haut et fort qu’elle est vraiment géniale, et pas seulement un bon endroit où manger parce qu’elle est facile d’accès et que son menu est simple.

« Identité » est tout aussi facile à pénétrer. C’est alambiqué, mais pas compliqué. Plusieurs étrangers joués par John Cusack, Amanda Peet, Ray Liotta et d’innombrables autres merveilleux acteurs arrivent dans un motel au milieu d’un orage. Tout le monde reste coincé, et les gens commencent à mourir. Alors que les corps s’accumulent, le sombre mystère de James Mangold se transforme en une déconstruction gothique. Les rebondissements deviennent des harengs rouges, et les harengs rouges deviennent les clés pour débloquer une histoire de plus en plus folle.

Parfois, c’est tout ce dont vous avez besoin. Pour chaque chef-d’œuvre cinématographique qui sort en salle, il devrait y avoir un film rapide qui fait mouche instantanément et vous fait sentir comme un million de dollars. « Identity » est exactement ce genre de film. Allez-y et commandez.

10. Le champ des rêves

Ray Liotta plays baseball in "Field of Dreams"

Universal Pictures

Liotta est l’antithèse de « Field of Dreams », le célèbre film de baseball dont il est la vedette. Les acteurs font partie d’ensembles, et les ensembles donnent une voix au cœur et à l’âme d’un projet. Techniquement, Liotta remplit cette fonction en incarnant le fantôme de Shoeless Joe Jackson, l’un des nombreux joueurs de baseball que Ray Kinsella (Kevin Costner) rencontre lorsqu’il construit un terrain de baseball magique.

Mais « Field of Dreams » est aussi délibérément édulcoré, radieux et généreux que son décor du Midwest. Ce n’est pas le cas de Shoeless Joe Jackson. Jackson est autant ancré dans la Grande Dépression que dans une histoire de sport familiale. En conséquence, la performance de Liotta combat « Field of Dreams » à chaque tournant, trouvant les nuances de la colère, du désespoir et de l’esprit de compétition que peu d’acteurs pourraient trouver. Si Ray Kinsella a peur de vieillir sans avoir rien accompli, Shoeless Joe Jackson est un homme qui a accompli beaucoup de choses, et pour qui ce n’est toujours pas suffisant. Liotta fournit le contraste qui fait monter en flèche « Field of Dreams ». Sans lui, le film ne serait tout simplement pas réussi.

9. Histoire du mariage

Ray Liotta in "Marriage Story"

Netflix

L’effusion d’amour pour Ray Liotta à la suite de son décès confirme son excellente réputation. La réaction initiale au film « Marriage Story » de Noah Baumbach prouve cependant que Ray Liotta était également très sous-estimé. Comment expliquer autrement que les critiques saluent le travail de Scarlett Johannson, d’Adam Driver et de l’envoûtante Laura Dern, mais que, dans l’ensemble, ils ne mentionnent même pas Liotta ?

Dans « Marriage Story », Liotta incarne Jay Marotta, le deuxième avocat que Charlie Barber (Driver) engage pour superviser sa procédure de divorce. Marotta n’hésite pas à se battre à la dure. Lorsque l’affaire passe au tribunal, Marotta organise une série d’assassinats contre Nicole (Johannson), la future ex-femme de Charlie, et menace d’intenter une action en justice après que Nicole ait piraté les e-mails de Charlie.

Si « Marriage Story » raconte comment l’amour peut devenir caustique sans jamais vraiment disparaître, Marotta est l’incarnation de ce qui se passe lorsque le cynisme prend le volant. Son histoire est écrite sur son visage. On le voit à travers chaque action qu’il entreprend en tant qu’avocat. Il est un contrepoint essentiel à la Nora Fanshaw de Dern. « Marriage Story » est un très bon film, mais il figure sur cette liste parce que Liotta méritait plus d’éloges pour sa performance remarquable.

8. Pas de mouvement brusque

Ray Liotta with car in "No Sudden Move"

HBO Max

Dans le sport, on parle de « heat check » lorsqu’un athlète teste son niveau de jeu à un moment donné. S’il joue au basket-ball, il peut tirer de loin au-delà de l’arc à trois points. S’il s’agit d’un golfeur, il peut viser un trou en un. Dans les deux cas, l’athlète sait déjà qu’il est bon ; il essaie de déterminer son potentiel de grandeur.

Steven Soderbergh a été soumis à un contrôle de température pendant toute sa carrière. Chaque projet qu’il entreprend met à l’épreuve ses capacités et son champ d’action. Au cours des cinq dernières années, Soderbergh a réalisé un thriller techno (« Kimi »), un drame sportif hors saison (« High Flying Bird ») et une comédie sur le blanchiment d’argent (« The Laundromat »). Aucun n’a affaibli la puissance de son CV. L’homme ne cesse de faire couler des paniers.

« No Sudden Move » est un autre des récents succès de Soderbergh. Sur le papier, ce film policier datant de 2021 pourrait être le moins ambitieux de Soderbergh. Il retrouve les stars de la trilogie « Ocean’s », Don Cheadle et Matt Damon, pour la production, et il y a des traces évidentes de « Out of Sight » et « The Limey » dans son ADN.

Et pourtant, « No Sudden Move » ressemble à une entrée totalement originale dans la filmographie de Soderbergh pour deux raisons. Premièrement, le scénario d’Ed Solomon (« Men in Black », le drame de Soderbergh sur HBO « Mosaic ») élucide la vie privée de ses bons à rien publiquement stoïques avec beaucoup de grâce et de tact. Deuxièmement, les acteurs font de ces personnages des êtres humains avant tout et des criminels après. On le voit très clairement dans le rôle de Frank Capelli de Ray Liotta, qui aurait pu être un riff sur Henry Hill dans « Goodfellas », mais qui est au contraire séduisant et émouvant. C’est un coup de chaud s’il y en a un.

7. Observer et rapporter

Liotta yells at Seth Rogan Observe and Report

Warner Bros.

C’est une tragédie que « Observez et rapportez » devienne de plus en plus prémonitoire avec chaque année qui passe.

Ce n’est pas une exagération. La comédie noire de Jody Hill raconte l’histoire d’un flic de centre commercial mentalement instable, Ronnie (Seth Rogen), qui utilise la poursuite d’un exhibitionniste comme moyen d’entrer dans la police. Tout au long du film, il subit également des tourments psychologiques aux mains du détective Harrison de Ray Liotta.

Malgré ses bonnes intentions, Ronnie a des tendances de justicier, et tout ce chaos mène, de manière effrayante, à une évaluation psychologique pour voir si Ronnie est mentalement apte à rejoindre les forces de police. Pendant l’évaluation, Ronnie décrit un rêve récurrent : « Ça commence sur un terrain de jeu… et puis on entend un grondement. Et au-dessus de l’horizon arrive un nuage noir fait de cancer et de pus… ». Vous savez ce qui se passe ensuite ? J’apparais, brandissant le plus gros fusil à pompe que vous ayez jamais vu dans votre vie. Et vous savez ce que je fais ? Je fais sauter tout ce qui bouge. » Dans l’esprit de Ronnie, le monde le remercie pour ça. C’est juste un gars avec un flingue qui fait le bon travail de Dieu.

Nous avons vu des Ronnie dans l’Amérique moderne plus de fois que nous ne pouvons les compter. Parfois, ils portent des uniformes. Parfois, ils ont des manifestes. Quoi qu’il en soit, nous les voyons encore et encore et encore. Peu de films ont sondé la psychologie des Ronnie de façon aussi experte que « Observe and Report », et aucun autre n’a été aussi drôle. Mais dans l’Amérique d’aujourd’hui, on rit souvent pour ne pas pleurer. C’est tout à fait le cas de « Observe et Report ».

6. L’endroit au-delà des pins

Ray Liotta in "The Place Beyond The Pines"

Focus Features

Il existe de meilleurs films que « The Place Beyond the Pines », mais peu sont aussi confiants. Derek Cianfrance (« Blue Valentine », « I Know This Much Is True ») commence son drame criminel multigénérationnel tentaculaire par un long travelling. Au troisième acte, nous avons suivi l’histoire d’un braquage qui a mal tourné 20 ans après l’incident déclencheur et nous devons faire face aux retombées de la corruption et aux questions existentielles sur le destin familial dans la même mesure. En bref, ce film va droit au but.

Comme dans de nombreux films, « The Place Beyond the Pines » voit Ray Liotta jouer le rôle d’un flic corrompu, mais « Pines » donne de nouvelles formes à l’archétype préféré de Liotta. Dans le deuxième acte du film, le Peter Deluca de Liotta arrive chez son collègue Avery Cross (Bradley Cooper). Il n’est pas annoncé. Il reste pour le dîner. Dire pourquoi ce moment se déroule comme un spectacle d’horreur serait gâcher le plaisir, mais il suffit de dire que la tension insoutenable résulte de la mise en scène assurée de Cianfrance et de la performance lovée de Liotta, qui éclate en éclats de rire menaçants et pointus. Ce film, comme « Pines », est un trésor américain.

5. Narc

Jason Patric and Ray Liotta argue in "Narc"

Lionsgate

La bande-annonce de « Narc » est encadrée par deux citations, l’une directement tirée du thriller policier de Joe Carnahan et l’autre de l’écrivain français Voltaire. C’est inhabituel et inattendu. Tout comme « Narc ».

La citation de Voltaire se lit comme suit : « Aux vivants, nous devons le respect, mais aux morts, nous ne devons que la vérité ». C’est le cœur du moteur de « Narc ». Nick Tellis, un agent infiltré suspendu (Jason Patric, le meilleur de sa carrière), est réintégré dans la police pour enquêter sur le meurtre d’un collègue, Michael Calvess. Cela signifie faire équipe avec Henry Oak (Ray Liotta), le partenaire potentiellement instable de Calvess. Alors que Tellis et Oak sondent les bas-fonds de Detroit à la recherche du meurtrier de Calvess, leur quête de la vérité révèle leur manque de respect et leur méfiance à l’égard des habitants les plus pauvres de la ville et, finalement, l’un envers l’autre. C’est là qu’intervient l’autre citation de la bande-annonce. « Cela n’a rien à voir avec les règles et les règlements », grogne Oak, « et tout à voir avec le bien et le mal ».

Qui détermine les règles dans un monde où règne le chaos ? Que se passe-t-il lorsque les forces de l’ordre ne peuvent pas faire la différence entre un crime et quelque chose de plus innocent ? Ce sont les questions que pose « Narc », mais il n’offre pas de réponses faciles. Ce que « Narc » met en évidence, en revanche, c’est le talent de Liotta. Il est presque impossible de choisir la meilleure performance de Liotta, mais son engagement total dans le rôle de Henry Oak est à inscrire dans le livre des records.

4. Quelque chose de sauvage

Ray Liotta in "Something Wild"

Sony Pictures

Ray Liotta peut littéralement changer le cours d’un film. Il suffit de regarder son deuxième film. Avant même que Liotta n’apparaisse, « Something Wild » est quelque chose de merveilleux. Réalisé par l’irremplaçable Jonathan Demme, c’est une comédie d’action pleine de rebondissements, avec une Melanie Griffith irrésistible et un Jeff Daniels charmant. Sa romance primaire est singulière, sordide et très amusante. Puis Ray Liotta fait son apparition et transforme le film en une œuvre totalement différente.

Liotta joue Ray Sinclair, l’ex-mari violent de Lulu, le personnage de Melanie Griffith. Lors de sa première apparition, il danse littéralement dans le cadre et fait passer le film de la valse au tango. Alors que « Something Wild » se transforme en un thriller, il devient également une célébration des possibilités infinies du cinéma. Il n’y a aucun genre que le film n’aborde pas, aucune note de grâce qu’il ne joue pas comme un virtuose, et tout cela repose sur Liotta et sa présence de feu. C’est quelque chose de sauvage, en effet.

3. Killing Them Softly

Ray Liotta wet in "Killing Them Softly"

The Weinstein Company

Dans « Killing Them Softly », la réputation du chef de la mafia Markie Trattman (Ray Liotta) revient le hanter. En effet, Trattman est connu pour avoir orchestré un légendaire coup monté de l’intérieur, c’est pourquoi Johnny « Squirrel » Amato (Brad Pitt) décide de le voler. Amato se dit que s’il vole l’argent de la partie de poker de Trattman, ce dernier sera le suspect le plus évident en raison de ses transgressions passées. C’est plus qu’une bonne intrigue. C’est la thèse du film dans son ensemble.

« Killing Them Softly » se déroule pendant la crise financière américaine, à un moment où l’argent était le plus rare que le 21e siècle ait jamais connu, et où l’argent disponible pouvait être qualifié d' »emprunté ». C’était une période si difficile que le président Obama a tenté d’unir le pays en lui rappelant que « de la multitude, nous sommes un ». Un clip de ses paroles est diffusé juste avant qu’Amato ne donne sa propre description du rêve américain : « Je vis en Amérique. Et en Amérique, vous êtes seul. L’Amérique n’est pas un pays. C’est un business. »

Markie Trattman était dans le business du crime. L’Amérique est dans le business de la campagne. Tous deux ont essayé d’exploiter leur réputation pour se sortir des problèmes. Comme l’histoire l’a montré, aucun des deux n’a vraiment réussi. Cette vérité qui donne à réfléchir, combinée à la réalisation impeccable d’Andrew Dominik, rend « Killing Them Softly » plus qu’excellent. C’est important. Si vous ne l’avez jamais vu, c’est le moment.

2. Cop Land

Ray Liotta screaming in "Cop Land"

Mira

Dans « Cop Land », Ray Liotta enfonce une fléchette dans le nez du T-1000 lui-même.

Non, pas le vrai T-1000. Et, oui, le chef-d’œuvre néo-noir moderne de James Mangold est bien plus que la somme de ses parties extatiques mais grinçantes et violentes. Tout de même, Ray Liotta fait subir à Robert Patrick un tel traitement que Harvey Keitel semble en être sincèrement affligé. Si je cite tous ces acteurs, c’est parce qu’au fond, « Cop Land » fait appel à des acteurs reconnaissables, issus de tous les horizons du cinéma d’action et du film policier (Liotta, Robert De Niro, Keitel et Sylvester Stallone), pour faire passer sa thèse : Il y a deux Amériques, et la violence policière marque la ligne de démarcation.

Le fait que « Cop Land » ait été réalisé en 1997 et qu’il ait encore une résonance féroce aujourd’hui devrait témoigner de sa grandeur. Le fait qu’il fasse écho à « Chinatown » et « High Noon » avant de mettre en scène son action finale emblématique devrait également en témoigner. Mais c’est le fait que même les plus petits moments du film, comme l’utilisation mémorable d’une fléchette par Liotta, ont fait l’objet d’une tendance sur les médias sociaux dès la mort de Liotta qui témoigne de sa grandeur. Il n’y a pas un seul geste ennuyeux ou insignifiant dans « Cop Land ». C’est une tranche empathique et efficace du nirvana du film policier.

1. Goodfellas

Ray Liotta laughs in "Goodfellas"

Warner Bros.

Il est difficile d’imaginer écrire quelque chose sur le chef-d’œuvre de Martin Scorsese, « Goodfellas », que d’autres n’ont pas déjà dit, mais voilà.

L’image de Ray Liotta riant, vue ci-dessus, est devenue un mème. Il suffit de parcourir Twitter avec parcimonie au cours de la journée pour la trouver dans les réponses de n’importe quel fil de discussion. C’est l’iconographie pop de la deuxième génération, un moment qui était déjà un morceau de cinéma classique mais qui est maintenant utilisé comme raccourci conversationnel. Pour moi, c’est la preuve que, plus que tout autre film sur la mafia, à l’exception de « Scarface », « Les Affranchis » relie les pop stars aux criminels. Un culte de la personnalité anime les deux. La richesse que chacun accumule est à la fois une incitation à la débrouillardise et l’étoffe dont sont faits les rêves capitalistes. « Goodfellas a autant de points communs avec Une étoile est née qu’avec Donnie Brasco, depuis les séquences de l’ascension vertigineuse de Henry Hill (Ray Liotta) jusqu’à sa dépression alimentée par la drogue et la paranoïa.

« Goodfellas » est aussi le film qui a fait de Ray Liotta une star. Il y a de nombreuses raisons de croire que Liotta serait devenu une institution hollywoodienne sans l’épopée mafieuse de Scorsese – il suffit de regarder le reste de cette liste pour s’en convaincre – mais il est impossible d’imaginer qu’un autre film ait pu servir d’étoile polaire pour le reste de la carrière de Liotta. Le monde a une dette envers « Goodfellas » à plus d’un titre. À la lumière de la disparition de Liotta, il est absolument nécessaire de le regarder une première fois ou de le revoir.

Lire plus Guide:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ArabicCzechDanishDutchFinnishFrenchGermanIrishItalianJapaneseKoreanNorwegianPortugueseSpanishSwedishZulu